Visite médicale : vers de nécessaires mutations

  • mots-clés

Fin 2012, le nombre de visiteurs médicaux employés par les industriels du médicament ou par leurs prestataires s’élève à environ 17 000. En 2007, ils étaient encore 21 900 et leurs effectifs pourraient chuter à 13 000 en quelques années. Pour autant, la visite médicale est loin d’être condamnée.

 

Entre 2007 et 2011, le nombre de visiteurs médicaux a baissé d’environ 5 % par an, passant de 21 900 à 17 500 salariés. A eux seuls, les effectifs de la visite médicale des seuls industriels du médicament ont chuté de 18 400 à 14 000 sur la même période, rapporte une récente étude des Echos qui s’interroge sur l’avenir de la profession (1). Ce mouvement traduit les mutations que vit la branche pharmaceutique depuis plus de 15 ans. Il est la conséquence des fusions/restructurations qu’a vécues l’ensemble des grands laboratoires – à quelques exceptions près -, des pertes récentes et successives de brevet de leurs molécules phares et surtout de l’évolution des portefeuilles de nouveaux médicaments vers des produits de spécialités qui ne nécessitent plus les réseaux de VM déployés hier vers les prescripteurs de ville, au premier rang desquels figurent les médecins généralistes. Les politiques successives de maîtrise des dépenses de santé, qui combinent les déremboursements et les baisses de prix des spécialités, les encouragements faits aux médecins par les caisses d’assurance-maladie de moins prescrire ou encore la baisse notable des molécules mises sur le marché ont fait le reste.

La visite médicale est-elle pour autant condamnée à disparaître, comme le souhaiteraient ses plus fervents détracteurs ? Rien n’est moins sûr si l’on sait que rien n’est appelé à ce jour à remplacer le travail d’information sur le médicament qui est quotidiennement réalisé par des VM, dont l’activité constitue le levier principal (2) de la promotion des spécialités pharmaceutiques en direction du corps médical. Mais cette visite médicale, qui est dotée d’une charte depuis 2004 – charte en cours de réactualisation -, est certainement appelée à évoluer, sous la pression des autorités en charge des produits de santé, mais aussi de celle des médecins et des pharmaciens qui expriment de nouveaux souhaits. « L’évolution des attentes des professionnels de santé et des autorités de santé, le développement des produits biologiques et innovants (génétique, biologie cellulaire, imagerie moléculaire…) conduisent à renforcer les compétences scientifiques des personnels en contact avec les prescripteurs », précise une récente étude du LEEM consacrée à l’évolution des métiers dans la branche pharmaceutique. Les VM devront donc pour le futur améliorer « leurs connaissances scientifiques avancées sur le produit, ses indications, contre-indications, ses effets secondaires, les conditions de son bon usage thérapeutique, mais aussi sur le système de santé, l’environnement de soin et les différentes approches thérapeutiques complémentaires associées dans un parcours de soin. » Bien des laboratoires pharmaceutiques ont d’ores et déjà anticipé les mutations à venir et créé de nouvelles fonctions au sein des réseaux de visite médicale, fonctions dont les intitulés varient d’une société à l’autre (responsables régionaux institutionnels (RRI), responsables régionaux affaires publiques (RRAP) ou encore responsables régionaux market access (RRMA)). Au total, le métier de visiteur médical sera invité dans le proche avenir à investir une posture d’accompagnement thérapeutique auprès d’acteurs de la santé diversifiés et une organisation plus orientée “client” que “produit”.

 

(1) “L’avenir de  la visite médicale : vers une disparition de la profession”, Eurostaf – Echos, Collection Dynamique des marchés, 2012

(2) Selon Cegedim, Strategic Data, 50,8 % des investissements promotionnels des industriels du médicament sont consacrés en 2012 à la VM. Le poids de celle-ci était de 62,3 % en 2008.

(3) “Etude prospective sur les facteurs d’évolution de l’industrie du médicament et leur impact à 10 ans sur l’emploi”, conduite pour le LEEM par la société Arthur D. Little en janvier 2013.

Crédit photo : Michel Hasson – Leem

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pour la visite médicale, juste une remarque de fond.

    La visite médicale est nécessaire puisque par définition tout nouveau produit admis au remboursement est meilleur ou moins cher.

    Donc tous les nouveaux produits doivent être promus dans l’intérêt général.

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Les défis à relever de la nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn

Les défis à relever de la nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn Nommée au lendemain de l’élection présidentielle dans le premier gouvernement d’Édouard Philippe, Agnès Buzyn vient de faire [...]

Alexis Normand : « les médecins doivent devenir les chefs d’orchestre de la e-santé »

 Alexis Normand : « les médecins doivent devenir les chefs d’orchestre de la e-santé » Directeur du développement chez Withings, le leader des objets connectés pour la santé, Alexis Normand est aux premières [...]

Pharma Express : une application qui livre les médicaments en 1h

Pharma Express : une application qui livre les médicaments en 1h Transmettre son ordonnance numérique à la pharmacie juste après le passage du médecin et être livré dans l’heure qui suit sera [...]

Suivez-nous sur Twitter