Pour une meilleure productivité du système de santé


Les nouvelles technologies permettront, à terme, des gisements d’économie plus durables grâce aux gains de productivité. De quoi mieux maîtriser les dépenses de santé dans l’avenir.

Certes, tout cela est encore difficile à chiffrer, mais on sait que le développement de la télésanté permettrait, par exemple, de renforcer l’accès aux soins des patients dans les déserts médicaux. Et même de maintenir à domicile des personnes dépendantes. Le développement de la médecine ambulatoire, qui évite les hospitalisations, est aussi un axe de progrès. De telles innovations, actuellement développement, ont un fort potentiel médical, mais aussi économique. Encore faut-il leur permettre d’accéder au marché, c’est à dire non seulement d’être approuvées et enregistrées, mais aussi financées. C’est un chantier gigantesque compte tenu de l’actuelle inadaptation de notre système de remboursement à évaluer et fixer les conditions de remboursements pour de tels produits. Au-delà de la création d’une voie d’accès spécifique, l’assistance aux industriels pour mettre en place des études de démonstration médico-économiques figure parmi les pistes de progrès. 


Force est de constater qu’à l’heure actuelle, l’offre de soins est souvent inadaptée. Par exemple des interventions chirurgicales en ambulatoire seraient parfois plus pertinentes que des hospitalisations complètes. De même, des personnes âgées sont placées en établissement médico‐social, alors que des soins à domicile seraient plus adéquats. « Une prise en charge excessive peut être porteuse de risques pour les patients, par exemple du fait des infections nosocomiales à l’hôpital ou des risques iatrogéniques des sur‐prescriptions. (…) La France continue de se caractériser par une consommation de produits de santé supérieure à la moyenne européenne », pouvait-on lire dans un rapport le rapport de l’IGAS et de l’IGF sur la maîtrise de l’ONDAM de 2013 à 2017 publié en juillet dernier. 


Cette démarche suppose d’engager des restructurations, pour renforcer l’efficience et la productivité du systèmes de santé, restructurations qui pourront être douloureuses (consolidation des officines de pharmacie, dont la densité est sensiblement supérieure à la moyenne européenne, fermetures et regroupements de services hospitaliers, voire d’hôpitaux…). 


Pour rappel, la France est le troisième pays de l’OCDE qui consacre le plus de dépenses à la santé. Alors même que le déficit de l’assurance‐maladie ne cesse de se creuser, une progression mieux maîtrisée des dépenses de santé apparaît comme un enjeu majeur. C’est la raison pour laquelle, dans un contexte d’austérité budgétaire et de pression sur les déficits publics, le PLFSS, qui sera voté d’ici la fin de l’année par le Parlement, s’apprête à dresser les grandes mesures de régulation des dépenses de santé pour 2014.

Cet exercice s’annonce difficile alors même que le gouvernement souhaite limiter à 2,4% l’augmentation des dépenses de santé pour l’année 2014 et que l’évolution démographique du pays comme les nouvelles technologies disponibles définissent l’ampleur des besoins.

Les traditionnelles mesures d’économies sur la dépense pharmaceutique (baisse des prix, contrôle des prescription, fiscalité des laboratoires) ont été largement utilisées ces dernières années. Même si d’aucun, comme la CNAM, estiment encore à 2,5 milliards d’euros la marge d’économie réalisable sur le secteur, l’industrie pharmaceutique, en désaccord avec la CNAM sur ce point, souligne la nécessité de cohérence entre une politique volontariste de maintenir le caractère stratégique de l’industrie pharmaceutique et les mesures de régulation des dépenses de santé.
Malgré ses contraintes spécifiques, la France doit rester un pays attractif notamment pour les investissements (la France est le 3è exportateur mondial de médicaments) et l’accès au marché des nouveaux médicaments.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Rencontre avec Geoffroy Vergez, Cofondateur et Directeur Général d’Observia

L’observance est un mot mal connu du grand public et pourtant son importance est fondamentale. Observia est une start-up qui a pour vocation d’améliorer la vie des patients et faciliter [...]

Observance thérapeutique : un chemin entre prévention et guérison

Observance thérapeutique : un chemin entre prévention et guérison Afin d’endiguer la mauvaise observance des traitements médicaux des personnes victimes d’AVC, des ateliers thérapeutiques ont été mis en place à [...]

Hébergement des données de santé et blockchain, quel avenir ?

Hébergement des données de santé et blockchain, quel avenir ? La blockchain, plus efficace pour sécuriser les données de santé ? Méthode de cryptage popularisée avec le bitcoin, la blockchain n’a pas [...]

Suivez-nous sur Twitter