La e-santé pour lutter contre les déserts médicaux

Les nouvelles technologies de santé pourraient permettre de gérer les problèmes de démographie médicale. Encore faudrait-il pour cela imaginer un modèle économique et trouver des financements.

Face aux défis du vieillissement de la population, de la nécessité de produire les meilleurs soins au meilleur coût et de soigner les patients vivant dans les « déserts médicaux », les technologies de télécommunication appliquées à la santé apportent de nombreuses réponses.

En effet, il est techniquement possible, aujourd’hui, de déployer des systèmes de prévention, prédiction et détection à distance : mesure et surveillance de paramètres biologiques, suivi local à domicile… Dans un avenir proche, des dispositifs médicaux communicants pourront prendre en charge la surveillance médicale des patients, voire le suivi et le contrôle de leur adhérence à une prise de traitement. Enfin, des applications contrôlant l’efficacité des traitements pourraient un jour être déployées.

La « médecine à distance » se développe également. Le Centre Hospitalier Universitaire Trousseau de Tours est parvenu à mettre en place une technologie innovante pour réaliser à distance des échographies et faciliter l’accès au diagnostic médical. Cet appareil se présente sous la forme d’un bras robotisé auquel est fixée une sonde. Un échographiste pourra la manier à distance comme s’il était installé à côté du patient. L’objectif : lutter contre les effets de la désertification médicale dans les zones rurales de la région Centre. Mais cela n’a pu se faire que grâce à des fonds de la recherche spatiale européenne, d’un montant de 100 000 euros. Car à ce jour, la télémédecine ne dispose d’aucun tarif de remboursement de la part de la sécurité sociale. Elle est orpheline de tout modèle économique. Pourtant, les filières industrielles innovantes sont créatrices de valeur et de croissance. Encore faut-il pouvoir en garantir la mise en place administrative. Il est urgent d’inventer un modèle économique pour intégrer durablement la e-santé dans le paysage médical, car elle est un moyen d’assurer une égalité d’accès aux examens médicaux. Pour le moment, les soutiens qui lui sont dévolus sont encore limités et les solutions dénichées par quelques médecins précurseurs sont peu aidées et mal encadrées. La prise de conscience de leur intérêt doit s’intensifier…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Ariana pharma : la personnalisation des traitements médicaux

Le développement de la médecine personnalisée avance à grands pas et une TPE française, Ariana Pharma, est numéro un mondial dans son domaine : l’aide au diagnostic et à la [...]

Les pharmaciens pour la généralisation de la vaccination en officine

Les pharmaciens pour la généralisation de la vaccination en officine L’année dernière, l’enthousiasme pour la vaccination en officine contre la grippe, menée dans deux régions françaises, est une réussite pour [...]

Les pharmaciens autorisés à pratiquer de nouveaux bilans de médication

Les pharmaciens autorisés à pratiquer de nouveaux bilans de médication Depuis le 16 mars, les pharmaciens peuvent réaliser des bilans partagés de médication en lien avec le médecin traitant pour [...]

Suivez-nous sur Twitter