Cancer : la recherche doit continuer d’avancer

Si le cancer reste la première cause de mortalité dans le monde depuis 2010, on note de véritables améliorations au niveau des traitements et de la qualité de vie des malades.

Selon les chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé, le nombre de décès liés au cancer dans le monde s’élèvera à 13,2 millions en 2030. Néanmoins, les médicaments innovants mis au point par les laboratoires parviennent souvent à sauver ou à prolonger la vie de plus en plus de malades dans les meilleures conditions possibles.
L’innovation médicale est donc essentielle en cancérologie, mais les essais cliniques nécessaires à la mise sur le marché d’une nouvelle molécule sont longs (une dizaine d’années), coûteux (environ 800 millions d’euros) et aléatoires (l’évaluation du rapport bénéfice/risque tout au long des essais conduit parfois à interrompre les développements en cours).
Le risque pour les industriels, c’est aussi que ces produits à forte valeur ajoutée ne soient pas remboursés, ou que les organismes payeurs refusent de les valoriser à un prix leur permettant d’amortir les frais de R&D. C’est pourquoi de nombreux pays, dont la France, ont mis au point des dispositifs dérogatoires afin que des produits puissent être commercialisés à des prix conditionnels, dont le maintien sera lié à leurs effets démontrés en vie réelle. L’accord cadre signé en 2012 entre le Leem et le Comité Economique des Produits de Santé va dans ce sens. Reste à voir combien de molécules pourront en bénéficier.

Selon le site pharma.org, 981 molécules contre le cancer seraient en phase de développement clinique dans le monde. Même si de nouveaux pays à fort potentiel apparaissent, la France reste assez compétitive. Il faut dire que depuis une dizaine d’années, l’industrie pharmaceutique française a noué des partenariats stratégiques avec des firmes de biotechnologie innovantes, mais aussi avec des laboratoires de recherche publics et privés. On observe aussi un déploiement de stratégies de convergence multidisciplinaire avec d’autres industries (l’agroalimentaire, l’énergie, le numérique, les nanotechnologies…), afin d’accroître le potentiel d’innovation.
Grâce à cette démarche d’ouverture, des maladies cancéreuses, autrefois mortelles à brève échéance, peuvent être traitées et même guéries. De nombreux progrès restent toutefois à accomplir, car il n’existe pas systématiquement de solutions thérapeutiques satisfaisantes pour tous les cancers. D’où l’importance de continuer à soutenir la recherche !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Interview de Pascal Brossard : « l’automédication, c’est la première étape du parcours de soins »

L’automédication responsable et le selfcare sont le fait de s’appuyer sur son pharmacien pour soigner des maladies bénignes. Cette pratique place les pharmaciens en professionnels de santé proches des patients, en [...]

Maladies chroniques : améliorer l’observance

Maladies chroniques : améliorer l’observance Les patients chroniques le savent bien : prendre des médicaments, tous les jours pendant des mois voire des années, c’est contraignant. Seuls 40% des patients [...]

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien Selon une enquête Odoxa/OCP menée en février 2018, 71% des Français réclament une implication plus grande de leur pharmacien dans le [...]

Suivez-nous sur Twitter