Durablement votre

La préoccupation de l’industrie pharmaceutique pour les questions de développement durable ne date pas d’aujourd’hui. Depuis une dizaine, voire une quinzaine d’années, les laboratoires ont engagé une réflexion sur le sujet.

En effet, leur activité provoque un certain volume de pollution : production industrielle de médicaments, rejets de produits chimiques dans l’atmosphère, gestion des déchets, traitement des eaux usées dans lesquelles on retrouve des agents médicamenteux… Pour faire face à ces problématiques, l’industrie tente d’imposer une série de bonnes pratiques. Aujourd’hui, la plupart des grands laboratoires travaillent activement à réduire l’impact de leur activité sur l’environnement. Les illustrations ne manquent pas.

Début octobre, les Laboratoires Expanscience ont reçu le niveau « exemplaire » dans le cadre de l’évaluation AFAQ 26000, une reconnaissance de « l’éco-conception de tous les nouveaux produits » de la marque, affirme le laboratoire. De son côté, Sanofi a mis en place depuis plusieurs années un programme de décontamination des eaux sur les sites de production des vaccins et médicaments. Quant à Pfizer, l’entreprise a reçu la note 91/100 pour son action contre le changement climatique, décernée en 2013 par l’ONG Carbon Disclosure Project. Quasiment tous les sites internet des grands laboratoires comportent désormais une section dédiée à la responsabilité et à la protection de l’environnement.

Une tendance soulignée par le cabinet de conseil Roland Berger dans un rapport sur la compétitivité de l’industrie pharmaceutique française. L’une des clefs de la croissance future de toute la filière repose sur la valorisation des « critères environnementaux et sociaux de la production pharmaceutique » dans l’Hexagone, affirment les experts. Signe que les acteurs français ont pris la question du développement durable à bras le corps. Utilisation d’emballage en matières recyclées, contrôle des rejets dans l’air et dans l’eau, gestion de l’élimination des déchets de médicaments… Les solutions s’appliquent à tous les niveaux de la chaine logistique.

Car la gratification qui résulte de tels efforts est à la fois d’ordre environnemental et financier.

En 2006, le groupe britannique GSK se lance dans une vaste opération pour réduire son empreinte carbone. Les usines françaises sont mises à contribution. En cinq ans, le site d’Evreux, en Haute-Normandie, investira quelque 2,5 millions d’euros pour concourir aux objectifs du groupe. Ce qui se traduira par des économies sur l’énergie chiffrée à cinq millions d’euros et 800 000 tonnes de CO2. Le jeu en vaut donc la chandelle.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

« L’intelligence artificielle est avant tout une intelligence humaine et collective »

« L’intelligence artificielle est avant tout une intelligence humaine et collective » Espoir de la science et de la médecine, l’intelligence artificielle promet de révolutionner l’art du diagnostic et de la prescription dans [...]

« Testé par les séniors » : un nouveau label pour les objets connectés ?

« Testé par les séniors » : un nouveau label pour les objets connectés ? Les fabricants de produits destinés aux séniors pourront désormais les faire tester par un panel de [...]

Projet Baseline : comment Google veut cartographier la santé humaine 

Projet Baseline : comment Google veut cartographier la santé humaine   La filiale santé du géant américain Alphabet – maison mère de Google – recrute 10 000 volontaires afin de recueillir leurs [...]

Suivez-nous sur Twitter

    il y a 2 jours
    Quand #thérapie et formation passent par le jeu et le #digital https://t.co/aYL9WfyvTi I #esante…
    il y a 2 jours
    Comment les acteurs de la sante peuvent-il lutter contre le phénomène de non-observance ?…
    il y a 2 jours
    Evolution de la démence : l’importance de surveiller les schémas pour améliorer la vie du…
    il y a 3 jours
    Suivi des soins, #hospitalisation : comment la #RealiteVirtuelle transforme le secteur de…