La fin de l’âge d’or ?

L’arrivée à échéance de nombreux brevets soulève des questions quasi existentielles pour l’industrie pharmaceutique, car il s’agit maintenant de déterminer quels seront les prochains relais de croissance tout en composant avec l’émergence de nouveaux marchés et la concurrence accrue des génériques.

Norvasc en 2007. Effexor en 2008. Plavix et Lipitor en 2011. Cymbalta en 2013 et Abilify en 2014. La liste pourrait s’allonger encore et encore : chaque année, de nouveaux « blockbusters » arrivent à échéance. L’un pour l’hypertension, l’autre contre le cholestérol ou encore la dépression. Ils constituaient de véritables best-sellers du médicament sur lesquels s’appuyait une part non négligeable de la croissance des entreprises pharmaceutiques. Or, la fin des brevets s’accélère et le manque à gagner pour les laboratoires se calcule en millions d’euros. Sur la seule période 2007 à 2011, la chute s’est traduite par 14 % à 41 % de baisse des chiffres d’affaires. Soit de 140 à 160 milliards de dollars par an.

Lipitor avait rapporté 5,3 milliards de dollars à Pfizer sur le seul marché américain. Numéro un mondial au niveau des ventes des traitements contre le cholestérol, Lipitor est aussi tombée dans le domaine public en Europe l’an dernier, où il était commercialisé sous le nom de Tahor. Pour GSK, c’est la perte de l’exclusivité sur la molécule d’Advair, contre l’asthme, qui fut un coup dur : il représentait un cinquième des ventes mondiales du laboratoire, soit sept milliards de dollars. En 2010, Sanofi a vu Plavix, un antithrombotique, suivre le même chemin alors même que ce médicament fut le deuxième produit le plus vendu au monde. Les scénarios se suivent et se ressemblent.

Sur les dépouilles des brevets se repaissent les génériques, qui copient les formules et proposent les mêmes médicaments à moindre coût. Seules options pour les laboratoires : aligner les prix, développer des produits plus complexes sur la base de leurs blockbusters ou faire jouer la différenciation sur d’autres facteurs. Mais qu’importe la stratégie, la disparition des blockbusters marque la fin d’une ère. Pour rebondir, les laboratoires doivent dénicher de nouveaux relais de croissance : les marchés émergents et l’approche thérapeutique globale des patients. Ils ne peuvent plus se contenter de produire des médicaments. Ils affichent désormais leurs ambitions, par exemple en proposant aux patients des outils de gestion de leur santé. Autre levier pour s’adapter à la nouvelle donne : réorganiser la recherche, afin de passer d’un système de R&D centralisé à de petites unités d’innovations plus réactives et plus ciblées. Autant de défis qui supposent une transformation en profondeur des modèles économiques.

Pour aller plus loin :

http://mti-review.com/2012/11/15/innovation-ouverte-le-sesame-pour-un-nouveau-blockbuster-dans-lindustrie-pharmaceutique-partie-ii/

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Interview de Pascal Brossard : « l’automédication, c’est la première étape du parcours de soins »

L’automédication responsable et le selfcare sont le fait de s’appuyer sur son pharmacien pour soigner des maladies bénignes. Cette pratique place les pharmaciens en professionnels de santé proches des patients, en [...]

Maladies chroniques : améliorer l’observance

Maladies chroniques : améliorer l’observance Les patients chroniques le savent bien : prendre des médicaments, tous les jours pendant des mois voire des années, c’est contraignant. Seuls 40% des patients [...]

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien Selon une enquête Odoxa/OCP menée en février 2018, 71% des Français réclament une implication plus grande de leur pharmacien dans le [...]

Suivez-nous sur Twitter