Des applications mobiles pour agir rapidement en cas d’arrêt cardiaque

Lorsque l’on est témoin d’un arrêt respiratoire, il faut agir le plus rapidement possible. L’utilisation d’un défibrillateur automatique externe (DAE) fait grimper les chances de survie de la victime de 10% à 40%. De nouvelles applications mobiles ont été spécialement conçues pour accélérer la prise en charge du malade.

Les défibrillateurs sont de plus en plus nombreux dans les lieux publics ou les établissements qui accueillent un grand nombre de personnes (gares, aéroports, trains, centres commerciaux, grandes entreprises, etc).

Lorsque le cœur d’une personne s’arrête, la démarche à suivre est d’appeler les secours, d’entamer un massage cardiaque et de demander à quelqu’un de localiser le défibrillateur automatique le plus proche du lieu de l’incident (notamment grâce à des applications telles que « Défibrillateurs en France » qui recense tous les DAE de l’Hexagone).

Bien que les instructions vocales émises par l’appareil soient relativement simples, il est possible de réduire au maximum le temps qui s’écoule entre la découverte du DAE et l’utilisation sur le patient en utilisant des applications spécialement créées à cet effet.

L’appli suisse Echo112, utilisable partout dans le monde, est particulièrement efficace au moment de contacter les secours puisqu’elle se sert du GPS du téléphone pour transmettre la localisation de la victime à un centre d’urgences ; une aide précieuse pour les secouristes.

L’application Staying Alive se révèle, elle aussi, fort utile. Elle permet, en effet, de trouver un défibrillateur aux alentours, dispose d’un mode « urgence » qui récapitule les étapes à suivre quand on est témoin d’un arrêt respiratoire afin de ne pas céder à la panique, et propose un guide d’utilisation d’un DAE.

«Les deux facteurs qui influencent le plus les chances de survie sont le temps écoulé entre l’arrêt du cœur et le début du massage cardiaque et celui écoulé entre cet arrêt et l’utilisation d’un défibrillateur, que ce soit par un ambulancier ou grâce à un appareil automatique », explique le Dr Jocelyn Corniche dans les colonnes du quotidien suisse Le Matin. Les applications permettant de réduire ces délais sont donc de formidables outils prouvant, une fois de plus, les immenses bénéfices de la santé connectée.

Source : Le Matin

Crédit photo : © Frédéric Massard – Fotolia.com

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments Prendre en considération l’avis des patients dans le cadre de l’évaluation des produits de santé : telle est la nouvelle expérimentation [...]

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance Maladie « silencieuse » mais aux conséquences souvent irréversibles, l’hypertension artérielle exige de prendre des médicaments régulièrement pour prévenir les risques de maladies cardio-vasculaires. [...]

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique »

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique » Entretien avec François Lescure, président de Médecin Direct Lancée en 2010, la plateforme Médecin Direct a obtenu en 2016 l’autorisation de pratiquer des consultations médicales [...]

Suivez-nous sur Twitter