La vente de médicaments à l’unité expérimentée dans quatre régions

C’est parti pour l’expérimentation de la vente de médicaments à l’unité. Selon un décret paru mardi 16 septembre dernier au Journal officiel, 14 antibiotiques sont concernés par la délivrance à l’unité.

L’objectif principal de cette démarche ? Limiter le gaspillage et veiller et réduire la résistance aux antibiotiques favorisée par une mauvaise observance.

Une centaine d’officines implantées dans quatre régions (Ile-de-France, Lorraine, Limousin et Provence-Alpes-Côte d’Azur) ont été choisies sur la base du volontariat pour mener cet essai.

A l’origine, cette expérimentation, coordonnée par l’Inserm, devait concerner entre 200 et 600 pharmacies, mais les agences régionales de santé (ARS) rencontrent des difficultés à trouver des officines volontaires.

Les patients n’auront aucune obligation d’acheter des comprimés à l’unité, mais ceux qui souhaiteront le faire devront remplir un formulaire spécifique stipulant leur consentement. Un document que les pharmaciens volontaires auront pour impératif de consigner.

Afin d’assurer une traçabilité optimale, de nombreuses informations sur le conditionnement des pilules devront également être renseignées : nom du patient et du médicament, notice, posologie, date limite d’utilisation, numéro du lot, etc.

Selon le décret, une rémunération spéciale pour chaque officine participant à cet essai est prévue. Les pharmacies qui parviendront à ne délivrer que le nombre de comprimés nécessaires à la durée du traitement prescrit pourront recevoir jusqu’à 1 500 euros par an.

L’expérimentation doit durer trois ans, avec un bilan d’étape effectué par l’Inserm permettant d’évaluer l’impact sur l’activité des officines, les économies générées par ce système, et, surtout, les volumes d’antibiotiques délivrés.

Source : La Croix

Photo : Fotolia

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

CES 2018 : tour d’horizon des start-ups françaises de l’e-santé

CES 2018 : tour d’horizon des start-ups françaises de l’e-santé Après plusieurs années de croissance à deux chiffres, les montants investis dans le secteur de l’e-santé dans le monde semblent [...]

Interview de Benoît Brouard : l’intelligence artificielle au service de l’observance thérapeutique

Dans le domaine du cancer du sein, Wefight est une start-up française qui a pour vocation d’améliorer la relation patient-médecin et de renforcer le savoir patient avec l’intelligence artificielle Vik. [...]

Télémédecine : comment développer ce dispositif en France ?

Télémédecine : comment développer ce dispositif en France ? En septembre dernier, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé vouloir faciliter « les organisations innovantes » pour lutter contre les [...]

Suivez-nous sur Twitter