Le difficile décollage de la vente de médicaments sur Internet

Voilà maintenant deux ans que le e-commerce de médicaments non prescrits a été lancé en France. Pourtant, l’automédication en ligne ne progresse que très lentement.

Seulement un peu plus de 200 sites sont autorisés à vendre des traitements non soumis à prescription sur Internet. Cela ne représente même pas 0,1% de l’ensemble des ventes de médicaments, selon une étude de l’Afipa, le syndicat des fabricants de médicaments vendus sans ordonnance.

En un an, le nombre de plateformes autorisées à vendre des produits de santé sur le web a pourtant plus que doublé ; passant de 78 en 2013 à 209 fin 2014. Néanmoins, à ce jour, seuls 111 sites sont opérationnels.

L’aspect positif qui ressort de cette analyse est que, pour les moins de 1% d’officines qui se sont lancées dans la vente sur Internet, les ventes ont progressé tout au long de l’année 2014 ; passant ainsi de moins de 2 300 euros mensuels en janvier à près de 9 000 euros au mois de décembre.

Le cabinet de traitement de données de santé Celtipharm estime à 4,5 millions d’euros le chiffre d’affaires des officines autorisées à vendre sur le web, dont 300 000 euros provenant de la vente de médicaments. Les produits les plus vendus sont ceux liés à la cosmétique et l’hygiène (49%), suivis par les compléments alimentaires (20%), et les médicaments non prescrits (8%).

 

Source : Le Figaro Santé

Photo : © Vladimir Gerasimov – Fotolia

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Interview de Stephane Schück : industrie pharmaceutique, pharmacovigilance et Big data

Soucieuse d’améliorer la pharmacovigilance, la start-up française Kap-Code a conçu un algorithme capable d’analyser les millions de messages postés sur Internet à propos des effets indésirables des médicaments. Son PDG, [...]

Rencontre avec Geoffroy Vergez, Cofondateur et Directeur Général d’Observia

L’observance est un mot mal connu du grand public et pourtant son importance est fondamentale. Observia est une start-up qui a pour vocation d’améliorer la vie des patients et faciliter [...]

Observance thérapeutique : un chemin entre prévention et guérison

Observance thérapeutique : un chemin entre prévention et guérison Afin d’endiguer la mauvaise observance des traitements médicaux des personnes victimes d’AVC, des ateliers thérapeutiques ont été mis en place à [...]

Suivez-nous sur Twitter