Enfin un grand débat sur l’observance ?

Alors que la mauvaise observance représente un coût considérable pour les systèmes de santé, un colloque sur les «concepts d’accompagnement à l’observance» sera organisé les 1er et 2 avril prochains à Paris par trois collectifs de patients.

En effet, selon une récente étude de l’Observatoire Jalma du financement de la santé, un quart des médicaments prescrits ne sont jamais pris par les patients. Du côté de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on estime ce chiffre à près de 50 % au niveau mondial. Cette réelle difficulté des patients à s’astreindre chaque jour à la prise de leur traitement représente un coût colossal pour les systèmes de santé : en 2014, l’étude IMS Health – CRIP (portant sur 6 pathologies chroniques, qui représentent le quart des dépenses de médicaments) estimait le total des économies potentielles à 9,3 milliards d’euros en une seule année pour la France.

Face à ce constat, trois organisations dont le Collectif inter-associatif sur la santé (CISS) (ainsi que Coopération patients et [im]patients Chroniques et Associés) organiseront les 1er et 2 avril prochains un colloque sur les «concepts d’accompagnement à l’observance ». Ces trois collectifs de patients estiment notamment que les professionnels de santé se montrent encore trop discrets sur le sujet. « Ainsi nous n’avons recensé aucune expression publique des pneumologues face aux données de l’étude observance qui démontrent que seuls 13 % des asthmatiques prennent correctement leur traitement ! Les asthmatiques sont-ils si mal soignés en France ? Ce n’est pas le constat que l’on fait sur le terrain », soulignent-ils. Les trois organisations regrettent également que les solutions proposées jusqu’à aujourd’hui favorisent la sanction et fassent l’impasse sur « les obstacles que rencontrent les personnes atteintes de maladies chroniques dans leurs efforts pour préserver leur santé » et sur « la nécessaire évolution des pratiques soignantes »

L’objectif du colloque d’avril sera d’évoquer le rôle des patients et des professionnels de santé et de trouver des solutions efficaces face à la non observance.

Parmi les leviers pour améliorer l’observance, soulevés par le CRIP lors de la parution de son étude sur l’observance en 2014, étaient cités notamment la formation des professionnels de santé à la communication sur l’observance, et la mobilisation des associations et de l’entourage des malades.

Sources : JIM.fr

Photo : Fotolia

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Interview de Pascal Brossard : « l’automédication, c’est la première étape du parcours de soins »

L’automédication responsable et le selfcare sont le fait de s’appuyer sur son pharmacien pour soigner des maladies bénignes. Cette pratique place les pharmaciens en professionnels de santé proches des patients, en [...]

Maladies chroniques : améliorer l’observance

Maladies chroniques : améliorer l’observance Les patients chroniques le savent bien : prendre des médicaments, tous les jours pendant des mois voire des années, c’est contraignant. Seuls 40% des patients [...]

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien Selon une enquête Odoxa/OCP menée en février 2018, 71% des Français réclament une implication plus grande de leur pharmacien dans le [...]

Suivez-nous sur Twitter