PLFSS 2016 : Le Leem appelle à une réforme structurelle du système de santé

Sous le feu des critiques, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2016 n’est pas épargné par le Leem. L’organisation qui regroupe 270 entreprises du médicament regrette une pression accrue sur l’industrie pharmaceutique au détriment de l’innovation et de l’efficience thérapeutique et économique.

Présenté le 24 septembre dernier par la ministre de la Santé Marisol Touraine et le Ministre des Finances Michel Sapin, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) ne fait pas l’unanimité. Il prévoit 3,4 milliards d’euros d’économies pour le secteur de la santé incluant la ville, l’hôpital et les médicaments. Dans un communiqué diffusé le jour même, le Leem dénonce « un plan déconnecté des vrais enjeux », et appelle à « une réflexion commune de tous les acteurs de santé ». Concrètement, les entreprises du médicament, par la voix du Leem, reprochent au plan 2016 de faire peser sur le médicament l’essentiel des mesures de régulation des dépenses d’assurance maladie. Un remède aussi douloureux pour ce secteur -qui ne représenterait que 15% des dépenses-, qu’inefficace pour enrayer le déficit de l‘assurance maladie, affirme l’organisation, graphique à l’appui.

En jeu : l’innovation et l’investissement

Avec l’ambition de convaincre les pouvoirs publics de la nécessité de réformes structurelles du système de santé, le Leem rappelle avoir formulé, dès l’année 2014, des propositions en matière d’observance, de programmes de télémédecine ou de développement de la prise en charge des patients en ambulatoire. « Nous vivons aujourd’hui une révolution de la thérapeutique, de la prise en charge des malades, des moyens technologiques mis à disposition de l’appareil de soins : à quand une vraie adaptation de notre système de santé ? », s’interroge Patrick Errard, le Président du Leem. Constatant le recul des investissements productifs dans les secteurs pharmaceutiques et biotechnologiques – moins 120 millions d’euros entre 2010 et 2013-, l’organisation professionnelle lance un appel à la mobilisation de tous les acteurs de la santé, -industriels, soignants et patients- « pour bâtir un système mieux structuré, plus efficient et capable de tirer parti des formidables innovations thérapeutiques, numériques, organisationnelles, qui vont révolutionner l’approche des soins et de la maladie ».

Le PLFSS 2016 sera discuté à l’Assemblée nationale du 20 au 23 octobre prochains, pour un vote prévu le mardi 27 octobre.

 

Source : Leem.org

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Interview de Pascal Brossard : « l’automédication, c’est la première étape du parcours de soins »

L’automédication responsable et le selfcare sont le fait de s’appuyer sur son pharmacien pour soigner des maladies bénignes. Cette pratique place les pharmaciens en professionnels de santé proches des patients, en [...]

Maladies chroniques : améliorer l’observance

Maladies chroniques : améliorer l’observance Les patients chroniques le savent bien : prendre des médicaments, tous les jours pendant des mois voire des années, c’est contraignant. Seuls 40% des patients [...]

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien Selon une enquête Odoxa/OCP menée en février 2018, 71% des Français réclament une implication plus grande de leur pharmacien dans le [...]

Suivez-nous sur Twitter