Médicaments deutéronisés : modifier les médicaments pour en augmenter l’efficacité

Une nouvelle génération de médicaments plus efficaces pourrait voir le jour. Grâce à une modification chimique appelée « deutéronisation », ils seraient capables d’échapper au mécanisme d’élimination par le métabolisme et de rester ainsi actifs plus longtemps.

« Deutéroniser » un médicament, une formule qui deviendra bientôt répandue dans l’industrie pharmaceutique ? Des centaines de brevets auraient déjà été accordés pour des versions optimisées de médicaments obtenues grâce à un positionnement d’atomes différent, permettant de prolonger la durée de vie d’un médicament dans l’organisme.

Le fonctionnement

Cette modification chimique vise à ajouter un neutron aux noyaux d’atomes d’hydrogène qui composent la molécule, doublant ainsi la masse de l’atome pour créer le deutéron. Lorsque la molécule pénètre dans l’organisme, elle doit traverser une barrière biochimique qui cherche à la décomposer, provoquant ainsi la perte d’une partie du comprimé en fragments inutiles ; le fait de modifier les atomes d’hydrogène avec le deutéron permettrait de solidifier la molécule et de ralentir le processus d’élimination.

Les médicaments concernés

Si ce procédé est à l’étude depuis les années 1970, c’est seulement aujourd’hui que les premières mises sur le marché pourraient avoir lieu. En septembre dernier, la FDA (Food and Drug Administration, Agence américaine du médicament) a reçu une demande d’autorisation de mise sur le marché d’un médicament deutéronisé, le SD-809, dont la version actuelle est prescrite pour lutter contre la paralysie causée par la Chorée de Huntington. De nouveaux acteurs émergent ainsi dans l’industrie pharmaceutique pour « deutéroniser » des médicaments existants : un médicament pour traiter Alzheimer, un autre pour le cancer, ou encore le GHB, substance utilisée pour traiter les troubles du sommeil, auront bientôt leur version « premium » avec une promesse d’efficacité accrue.

À terme, entre 5 et 10% des médicaments pourraient subir cette modification chimique, selon les estimations du chimiste Graham Timmins, de l’université du Nouveau Mexique, cité par le Nouvel Économiste. Une petite révolution qui doit encore faire ses preuves auprès des autorités de mise sur le marché et du grand public.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments Prendre en considération l’avis des patients dans le cadre de l’évaluation des produits de santé : telle est la nouvelle expérimentation [...]

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance Maladie « silencieuse » mais aux conséquences souvent irréversibles, l’hypertension artérielle exige de prendre des médicaments régulièrement pour prévenir les risques de maladies cardio-vasculaires. [...]

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique »

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique » Entretien avec François Lescure, président de Médecin Direct Lancée en 2010, la plateforme Médecin Direct a obtenu en 2016 l’autorisation de pratiquer des consultations médicales [...]

Suivez-nous sur Twitter