Loi numérique : quelles conséquences pour la santé et la e-santé ?

Loi numérique et e-santé


Le projet de loi pour une « République numérique » a été présenté à l’Assemblée nationale le 19 janvier par la secrétaire d’État au numérique, Axelle Lemaire. Dans ce texte dense et ambitieux, de nombreuses mesures impacteront le domaine de la santé, qui vit de plein fouet sa révolution numérique. Passage en revue.

Ouverture des données publiques

La politique d’ouverture des données publiques se poursuit dans l’optique d’une utilisation raisonnée et profitable de celles-ci. Ainsi l’Insee et le ministère du Travail et des Affaires sociales devront mettre leurs données à disposition de tous. De quoi fournir de la matière aux développeurs de services et d’applications numériques de santé, qui peuvent déjà travailler sur les bases de données mises en ligne sur la plateforme data.gouv.fr.

https://www.data.gouv.fr/fr/topics/sante-et-social/

Protection des données personnelles

Sujet sensible dans le domaine de la santé, la protection des données personnelles pourra faire l’objet d’actions en justice de groupe de la part d’associations ou d’organisations syndicales. Un bouclier qui pourrait s’avérer utile en cas d’utilisation de données de santé à des fins commerciales par des entreprises.

Portabilité des données

La migration d’un fournisseur de services Web à un autre ne devra plus poser de problème : emails, fichiers audiovisuels, photos et autres contenus devront être facilement récupérables, transférables et réutilisables d’un service à un autre. Dans le domaine de la e-santé, cette mesure pourrait permettre de décloisonner les usages et de jongler entre plusieurs plateformes ou applications de santé sans démultiplier la collecte de données.

Transparence

Les moteurs de recherche et réseaux sociaux, pour ne pas dire Google et Facebook, devront afficher des conditions générales plus lisibles pour les utilisateurs, et mieux informer ceux-ci sur les relations contractuelles qu’ils entretiennent avec des tiers. Cette volonté de transparence qui devrait rester très discrète pour l’internaute lambda, a son importance quand on sait que les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) investissent massivement dans le secteur de la e-santé.

Testament numérique

Les internautes prévoyants pourront envisager le devenir de leur identité numérique après leur mort : comptes sur les réseaux sociaux, services, abonnements, données personnelles… Toutes les informations de santé de la vie d’un patient pourront ainsi être mieux gérées ou stockées par des tiers après son décès.

Accès à Internet

La secrétaire d’État au numérique Axelle Lemaire en a fait l’un de ses combats : l’accès à Internet est un droit, presque au même titre que l’accès à l’eau courante et l’électricité… En effet, pour les personnes socialement isolées ou dépendantes, la connexion à Internet sera bientôt indispensable pour faire fonctionner des appareils de télésurveillance ou des dispositifs médicaux connectés à des établissements ou des professionnels de santé. La loi prévoit que le non-paiement des factures par des personnes démunies ne pourra justifier l’interruption de la connexion de la part des opérateurs.

La presse scientifique en accès libre

La loi permettra aux scientifiques, chercheurs et professionnels de santé de mieux se documenter sur la Toile. En effet le contenu des publications scientifiques dont le financement principal provient de fonds publics pourra être mis en ligne par ses auteurs après un délai de 6 à 12 mois suivant sa publication « privée ».

 

Pour aller plus loin

Loi pour la république numérique d’Axelle Lemaire

République Numérique.fr

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Des solutions connectées qui s’adaptent aux usages des séniors

Des solutions connectées qui s’adaptent aux usages des séniors Fleuron français de la e-santé, Visiomed conçoit des dispositifs médicaux connectés pour favoriser l’autonomie des personnes âgées et leur maintien à [...]

Le boum des réseaux sociaux de médecins

Le boum des réseaux sociaux de médecins Pour partager, échanger sur ses pratiques médicales, s’entraider, les réseaux sociaux médicaux connaissent un succès grandissant. Qu’ils soient réservés aux médecins ou ouverts [...]

Les pistes pour améliorer l’observance selon l’Académie de Pharmacie

Les pistes pour améliorer l’observance selon l’Académie de Pharmacie Avec des répercussions au niveau individuel et collectif, le phénomène de non-observance des traitements médicamenteux doit devenir un sujet clé pour [...]

Suivez-nous sur Twitter