Google Search s’occupera bientôt de nos symptômes

Google Search soccupera bientôt de nos symptômes

Alors quInternet devient lune des principales sources dinformation médicale pour les patients, Google va bientôt semparer des requêtes effectuées par les internautes sur son moteur de recherche pour leur proposer des conseils médicaux.

Environ 1% des recherches saisies sur Google concernent des symptômes médicaux, ce qui représente des millions de requêtes chaque année. Ainsi, selon le Pew Internet and American Life Project, près de 61% des adultes font d’Internet leur principale source d’informations au sujet des problèmes de santé. Google a décidé de s’emparer de cette manne pour se positionner sur le créneau du conseil médical. Alors que les sites consultés pour trouver des réponses à ses symptômes, du type doctissimo.fr, sont plus ou moins fiables, l’auto-diagnostic est devenu une pratique courante chez les internautes, une tendance vue d’un mauvais oeil par le corps médical.  « Il peut être difficile de se retrouver dans tout ce contenu lié à la santé sur le web, constate également Google sur une note de blog. Et cela tend à faire croire à des gens ayant des symptômes bénins qu’ils sont atteints de maladies effrayantes et improbables ».

Un petit encadré en haut de page

Afin de pallier ce manque d’informations sûres, Google a réalisé une mise à jour de son moteur de recherche Google Search, avec pour objectif de répondre directement aux questions des internautes. Pour ce faire, les requêtes les plus courantes ont été répertoriées par le moteur (maux de tête, articulations gonflées, démangeaisons…). Dans un second temps, Google a dressé en collaboration avec des médecins et équipes d’experts de la Harvard Medical School et de la clinique Mayo, des listes des différentes causes pouvant être à l’origine des symptômes décrits par les internautes. Et en cas de pathologie bénigne, des pistes d’automédication sont même proposées. Ces résultats apparaîtront suite à la requête des internautes dans un petit encadré en haut de page : ce dernier décrira les causes possibles des symptômes ressentis et guidera les malades vers des solutions, comme la consultation d’un médecin.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Interview de Pascal Brossard : « l’automédication, c’est la première étape du parcours de soins »

L’automédication responsable et le selfcare sont le fait de s’appuyer sur son pharmacien pour soigner des maladies bénignes. Cette pratique place les pharmaciens en professionnels de santé proches des patients, en [...]

Maladies chroniques : améliorer l’observance

Maladies chroniques : améliorer l’observance Les patients chroniques le savent bien : prendre des médicaments, tous les jours pendant des mois voire des années, c’est contraignant. Seuls 40% des patients [...]

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien

Médicaments : les Français font confiance à leur pharmacien Selon une enquête Odoxa/OCP menée en février 2018, 71% des Français réclament une implication plus grande de leur pharmacien dans le [...]

Suivez-nous sur Twitter