E-santé : Les chatbots de santé plus efficaces que les applications ?

E-santé : Les chatbots de santé plus efficaces que les applications ?

Des robots logiciels qui vous posent des questions et vous apportent des réponses ciblées et personnalisées : les start-up de la e-santé semparent des « chatbots » pour remplacer les applications mobiles, misant sur ces fenêtres de conversation intelligentes pour créer des relations plus fluides avec les internautes.

Aller au-delà des applications mobiles : tel est l’objectif des start-up de la e-santé

qui misent sur le développement des « chatbots » (contraction de chat et robots), ces fenêtres de conversation intelligentes qui fleurissent sur les applications de messagerie (comme Messenger, Whatsapp, Allo de Google). Alors qu’une application téléchargée peut très vite être délaissée par son utilisateur, qui oublie de l’ouvrir ou encore de mettre à jour régulièrement ses données, ces solutions de chat s’appuyant sur des robots logiciels s’imposent comme une interface idéale pour toucher les internautes.

La société française Betterise, co-fondée par le docteur Michel Cymes, proposera ainsi bientôt à ses utilisateurs de discuter avec « Smart Alfred » : ce chatbot posera des questions simples à l’internaute (sur son moral, sa santé, ses habitudes, ses activités physiques) et lui proposera en retour des conseils personnalisés, des recettes, des articles de fond, adaptés à son profil, son comportement et ses attentes.

Des outils efficaces pour l’accompagnement des traitements

Les acteurs de la santé en ligne y voient également un outil efficace non seulement pour la prévention, mais également pour le curatif et l’accompagnement dans le traitement. Plusieurs sociétés se développent sur ce modèle : ainsi aux États-Unis, les internautes peuvent interroger Healthtap, qui leur répond via son chatbot Messenger en proposant des articles correspondants à leur question. Les experts sont unanimes : grâce au développement dans un premier temps de ces interactions basées sur des questions et réponses simples, le chatbot pourra à terme poser un premier bilan de santé. Une fonctionnalité qui intéresse d’ores et déjà les acteurs du secteur des assurances, des mutuelles, mais également les établissements de soin…

 

Source :

http://www.journaldunet.com/economie/sante/1181093-les-chat-bots-seduisent-l-e-sante/

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments Prendre en considération l’avis des patients dans le cadre de l’évaluation des produits de santé : telle est la nouvelle expérimentation [...]

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance Maladie « silencieuse » mais aux conséquences souvent irréversibles, l’hypertension artérielle exige de prendre des médicaments régulièrement pour prévenir les risques de maladies cardio-vasculaires. [...]

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique »

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique » Entretien avec François Lescure, président de Médecin Direct Lancée en 2010, la plateforme Médecin Direct a obtenu en 2016 l’autorisation de pratiquer des consultations médicales [...]

Suivez-nous sur Twitter