Bientôt de nouvelles règles techniques pour les sites de vente de médicaments

Bientôt de nouvelles règles techniques pour les sites de vente de médicaments

Le 4 août dernier, le ministère de la Santé transmettait à la Commission européenne son projet darrêté fixant les règles techniques à observer pour les sites Internet de vente de médicaments. La protection des données de santé et labsence de publicité sous-tendent la plupart des règles proposées.

 Trois ans après l’autorisation de la vente de médicaments ne nécessitant pas d’ordonnance sur Internet, les sites de pharmaciens doivent s’attendre à devoir respecter de nouvelles règles. Afin d’assurer « une dispensation sécurisée et de qualité des médicaments », le ministère de la Santé a en effet préparé un « arrêté relatif aux règles techniques applicables aux sites Internet du commerce électronique de médicaments ». Une série de nouvelles consignes concernant le fonctionnement de ces sites, la présentation des produits et la protection des données a été transmise à Bruxelles.

Protection du client et de ses données

L’internaute devra avoir accès à l’historique de ses commandes et de ses échanges avec le pharmacien sur un espace privé et sécurisé intitulé « Mon compte ». Un outil lui permettra même d’imprimer l’ensemble de ses échanges avec le pharmacien. Les administrateurs du site ne pourront pas sous-traiter cette fonctionnalité à un tiers (excepté la conception et la maintenance). Le site devra enfin être équipé d’un système d’alerte pour prévenir le pharmacien « lorsque les quantités de médicaments commandés conduisent à un dépassement de la dose d’exonération indiquée pour chaque substance active. »

Neutralité du pharmacien et absence de publicité

L’adresse du site ne pourra pas « revêtir une visée promotionnelle ou tromper le patient sur le contenu du site, ou encore être fantaisiste ». Pas question non plus de faire la promotion de tel ou tel médicament, que ce soit dans l’affichage du prix, le texte ou la photo. Les liens hypertextes ne pourront pas renvoyer vers des sites de laboratoires pharmaceutiques, mais uniquement sur les sites institutionnels des autorités de santé et de l’ordre des pharmaciens. Plus largement, l’information diffusée via les newsletters devra elle aussi se limiter à celle des autorités sanitaires. Enfin, les sites de vente de médicaments ne pourront pas payer pour être référencés dans les moteurs de recherche ou les comparateurs de prix.

Actuellement examiné par la Commission européenne qui a jusqu’au 7 novembre pour émettre ses commentaires, l’arrêté devrait entrer en vigueur deux mois après sa publication au Journal Officiel. Les pharmaciens en ligne devraient donc appliquer ces nouvelles consignes début 2017.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments Prendre en considération l’avis des patients dans le cadre de l’évaluation des produits de santé : telle est la nouvelle expérimentation [...]

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance Maladie « silencieuse » mais aux conséquences souvent irréversibles, l’hypertension artérielle exige de prendre des médicaments régulièrement pour prévenir les risques de maladies cardio-vasculaires. [...]

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique »

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique » Entretien avec François Lescure, président de Médecin Direct Lancée en 2010, la plateforme Médecin Direct a obtenu en 2016 l’autorisation de pratiquer des consultations médicales [...]

Suivez-nous sur Twitter