Thierry Chapusot, Pharmagest : « Le métier de pharmacien est plein d’avenir »

Thierry Chapusot, Pharmagest : « Le métier de pharmacien est plein davenir »

Avec une population vieillis sante et une forte progression des pathologies chroniques, quels défis attendent les pharmaciens français ? Le digital représente-t-il une menace ou une opportunité pour le futur de lofficine ? Comment se positionne la pharmacie dans le secteur en pleine explosion de la e-santé ? Les réponses de Thierry Chapusot, président du Conseil d’administration de Pharmagest, éditeur de logiciels informatiques pour les pharmacies.

Selon une enquête Direct Medica pour les Echos*, 80% des pharmaciens se disent pessimistes quant aux perspectives de leur métier et de leur activité. À quoi ressemble selon vous le futur de lofficine ?

Je comprends les pharmaciens et leur inquiétude, le monde change. Demain, il va falloir inventer un nouveau métier. L’augmentation de notre espérance de vie crée des besoins nouveaux : on ne peut pas vivre plus vieux sans aide médicale pour les patients comme pour les aidants qui les entourent. Dans ce contexte, qui pourra s’occuper de notre santé ? Sans doute pas les médecins qui ne seront pas plus nombreux et n’auront pas plus de temps à dégager… Voilà pourquoi, avec Pharmagest, nous annonçons depuis plus de cinq ans le changement du métier de pharmacien, qui ne se limitera plus à la délivrance de médicaments et au conseil en officine, il faudra s’occuper du patient à domicile. La chance énorme du pharmacien est qu’il est une « entreprise de soins », et contrairement aux autres professionnels de santé, il peut adapter son officine à la demande, embaucher, s’équiper…

*https://www.lesechos-etudes.fr/news/2016/09/09/lofficine-lhorizon-2025-comment-les-pharmaciens-imaginent-ils-leur-avenir/

La transformation digitale en cours dans le secteur de la santé a-t-elle déjà commencé à changer le visage de lofficine ? Quels en sont les premiers signes ?

Depuis 5 ans, nous proposons une application qui a été téléchargée 300 000 fois : « Ma pharmacie mobile ». Elle permet aux patients de récupérer toutes leurs ordonnances et prescriptions, de suivre leurs rendez-vous médicaux et d’être observant sur leur traitement. Mais surtout, elle relie directement et en permanence le patient et son pharmacien, celui-ci peut en effet donner ses posologies et conseiller son patient via l’application. C’est un outil qui favorise l’observance et fluidifie le parcours du patient.

(http://www.mapharmaciemobile.com/ )

Quels sont les nouveaux outils proposés par Pharmagest pour digitaliser lofficine ?

Nous venons de lancer Offitouch : un dispositif qui consiste à remplacer certains linéaires de pharmacie en libre service par un mur d’écrans. Le consommateur achète son produit sur l’écran en le déposant dans un panier virtuel qui est transmis au Back office de l’officine. Il récupère et règle ensuite ses achats au comptoir. Le premier avantage de cette solution pour le pharmacien est le gain de place, intéressant surtout pour les pharmacies de centre-ville. Pour le consommateur, les écrans permettent d’ajouter une dimension de conseil en rayon avec des vidéos et des tutoriels.

Selon vous, lessor des parapharmacies et lautorisation de la vente de médicaments (sans ordonnance) sur Internet menacent-ils lofficine traditionnelle ?

Si l’officine traditionnelle évolue vers le service et le conseil, je ne pense pas qu’elle soit menacée. Je pense aussi qu’il faut nuancer cette « concurrence ». Les parapharmacies existent depuis 30 ans, quant à la vente de médicaments en ligne, elle ne rencontre pas un franc succès, pour la bonne raison que le réseau de pharmacies en France est très dense et que les consommateurs apprécient d’être conseillés, même lorsqu’ils achètent du Doliprane. Ce type de produit reste un médicament qui peut induire certains risques si l’on ne respecte pas la posologie, on ne vend pas des petits pois !

Les services de livraison de médicaments à domicile se développent en France, par la Poste par exemple, pensez-vous quil y a un risque dubérisation de la profession officinale 

La livraison de médicaments est intéressante évidemment pour les patients maintenus à domicile qui ne peuvent pas se déplacer, les personnes âgées par exemple. Mais je pense que ce service doit être développé et assuré par les pharmaciens eux-mêmes, et non par des tiers qui ne pourront assurer la dimension de conseil et d’accompagnement nécessaire. Les pharmaciens doivent oser aller de l’avant et sortir de leur officine pour développer les services dont les patients ont besoin.

Comment doit évoluer selon vous le rôle du pharmacien dans ce contexte ?

Chez Pharmagest, nous souhaitons positionner le pharmacien comme le coordinateur de santé, parce qu’il est le seul à pouvoir assumer ce rôle. Lorsque l’on sort de chez le médecin avec son ordonnance, on se rend chez le pharmacien, puis on se retrouve seul avec ses boîtes de médicaments. Personne ne nous rappelle pour savoir si nous allons mieux ou si nous prenons bien notre traitement. Les pharmaciens pourraient jouer ce rôle notamment auprès des patients atteints de maladies chroniques. La proposition de piluliers électroniques est un premier pas que nous mettons à la disposition des pharmaciens pour assurer ce suivi.

Aller plus loin :

Pharmagest

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments Prendre en considération l’avis des patients dans le cadre de l’évaluation des produits de santé : telle est la nouvelle expérimentation [...]

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance Maladie « silencieuse » mais aux conséquences souvent irréversibles, l’hypertension artérielle exige de prendre des médicaments régulièrement pour prévenir les risques de maladies cardio-vasculaires. [...]

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique »

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique » Entretien avec François Lescure, président de Médecin Direct Lancée en 2010, la plateforme Médecin Direct a obtenu en 2016 l’autorisation de pratiquer des consultations médicales [...]

Suivez-nous sur Twitter