Les réseaux sociaux, nouvel outil de suivi des médicaments ?

Les réseaux sociaux, nouvel outil de suivi des médicaments ?

Les réseaux sociaux et forums de discussion sur Internet pourront bientôt aider à améliorer notre système de pharmacovigilance. Plusieurs projets sont à l’étude visant à analyser les échanges des patients sur leurs traitements, promettant ainsi de mieux appréhender les effets indésirables des médicaments.

Le 12 octobre dernier, l’Académie nationale de pharmacie consacrait une séance d’étude à divers projets d’analyse des contenus des réseaux sociaux et des forums afin d’exploiter les commentaires de patients sur leur traitement. L’objectif ? Mieux connaître les effets indésirables des médicaments dans la vie réelle et identifier plus rapidement les réactions éventuelles qui n’auraient pas été détectées lors des essais cliniques. À présent, la surveillance des médicaments après leur mise sur le marché repose principalement sur les médecins et pharmaciens, chargés de remonter les déclarations de leurs patients, la plupart des projets en développement visent à accélérer ce processus grâce à l’analyse des échanges des internautes.

Repérer les effets secondaires grâce aux réseaux sociaux

Le projet européen Web-RADR, qui réunit plusieurs laboratoires pharmaceutiques et la start-up Epidemico, propose ainsi d’analyser automatiquement les conversations des internautes sur Facebook et Twitter, mais aussi sur les réseaux sociaux de patients, afin de détecter des déclarations portant sur l’apparition d’effets secondaires. Ce type d’outil pourrait fournir des estimations précoces sur la nature et l’ampleur d’un effet secondaire et permettre aux laboratoires d’être mieux informés et d’améliorer leurs médicaments futurs.

Dans l’hexagone, le projet de recherche Vigi4MED, financé par l’ANSM (l’Agence du médicament), promet d’analyser les commentaires des internautes sur des listes de médicaments prédéfinies : certains traitements suspendus du marché pour des raisons de pharmacovigilance et des médicaments sous surveillance renforcée ou faisant l’objet d’un plan de gestion des risques. Selon le Dr Cédric Bousquet, pharmacien et coordinateur du projet : « Vigi4MED permettra à l’ANSM de mesurer les bénéfices attendus et les coûts associés à une recherche proactive des signaux sur Internet. Les partenaires produiront des recommandations concernant la meilleure façon d’exploiter les commentaires des patients dans les forums. La mise en place d’un processus de surveillance complémentaire pour la pharmacovigilance permettra de renforcer la place du patient dans le système de santé. »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

« L’intelligence artificielle est avant tout une intelligence humaine et collective »

« L’intelligence artificielle est avant tout une intelligence humaine et collective » Espoir de la science et de la médecine, l’intelligence artificielle promet de révolutionner l’art du diagnostic et de la prescription dans [...]

« Testé par les séniors » : un nouveau label pour les objets connectés ?

« Testé par les séniors » : un nouveau label pour les objets connectés ? Les fabricants de produits destinés aux séniors pourront désormais les faire tester par un panel de [...]

Projet Baseline : comment Google veut cartographier la santé humaine 

Projet Baseline : comment Google veut cartographier la santé humaine   La filiale santé du géant américain Alphabet – maison mère de Google – recrute 10 000 volontaires afin de recueillir leurs [...]

Suivez-nous sur Twitter

    il y a 2 jours
    Quand #thérapie et formation passent par le jeu et le #digital https://t.co/aYL9WfyvTi I #esante…
    il y a 2 jours
    Comment les acteurs de la sante peuvent-il lutter contre le phénomène de non-observance ?…
    il y a 2 jours
    Evolution de la démence : l’importance de surveiller les schémas pour améliorer la vie du…
    il y a 3 jours
    Suivi des soins, #hospitalisation : comment la #RealiteVirtuelle transforme le secteur de…