Prédire les crises cardiaques grâce à l’intelligence artificielle

Prédire les crises cardiaques grâce à l’intelligence artificielle

Un logiciel mis au point par des chercheurs britanniques pourrait permettre de prédire les risques de décès chez les patients atteints de maladies artérielles pulmonaires. Il s’agit de la première intelligence artificielle capable d’interpréter des images animées du cœur.

Des chercheurs issus du conseil de recherche médicale britannique et de l’Imperial College London ont créé un outil inédit pour prévoir les conséquences des maladies artérielles pulmonaires : une intelligence artificielle capable de prédire les risques de décès d’un patient grâce à l’analyse des mouvements de son cœur.

Un calcul des risques « sans intervention humaine »

Pour programmer leur algorithme, les scientifiques ont réalisé des radiographies du cœur sur 256 patients et mesuré les mouvements à chaque battement de l’organe en plus de 30000 points. Ces images ont ensuite été modélisées sur des cœurs virtuels en 3 dimensions, et comparées aux données des dossiers médicaux des patients, créant ainsi une base de donnée capable de comprendre quelles anomalies dans la structure de l’organe sont susceptibles de provoquer la mort. « L’ordinateur effectue des analyses en quelques secondes et interprète en simultané les données provenant des scanners, des tests sanguins et d’autres tests sans aucune intervention humaine. Cela pourrait aider les docteurs à donner les bons traitements, aux bons patients, aux bons moments », explique Tim Dawes, l’un des chercheurs ayant développé l’algorithme.

Déterminer l’espérance de vie des patients

Testée avec des patients atteints d’hypertension pulmonaire, cette technologie s’avèrerait plus efficace que les méthodes actuelles employées pour prévenir les risques associés à ces maladies. D’après le Docteur Declan O’regan, l’un des auteurs de l’étude : « c’est la première fois que des ordinateurs ont interprété des scanners du coeur pour déterminer avec précision combien de temps les patients vont vivre. Cela pourrait transformer la manière dont les médecins traitent les maladies du coeur. » Les chercheurs souhaitent désormais tester le logiciel dans un autre hôpital avec d’autre données, afin de vérifier la concordance de leurs résultats et améliorer la fiabilité de l’algorithme.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments

Les associations de patients sollicitées pour évaluer les médicaments Prendre en considération l’avis des patients dans le cadre de l’évaluation des produits de santé : telle est la nouvelle expérimentation [...]

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance

Hypertension artérielle : le grand défi de l’observance Maladie « silencieuse » mais aux conséquences souvent irréversibles, l’hypertension artérielle exige de prendre des médicaments régulièrement pour prévenir les risques de maladies cardio-vasculaires. [...]

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique »

« La téléconsultation peut favoriser l’observance thérapeutique » Entretien avec François Lescure, président de Médecin Direct Lancée en 2010, la plateforme Médecin Direct a obtenu en 2016 l’autorisation de pratiquer des consultations médicales [...]

Suivez-nous sur Twitter