La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux.

Le mot anglais « compliance » se traduit littéralement par la « volonté de s’accorder », souvent utilisé en lieu et place du mot français « observance ». Ces deux dernières décennies, cette question d’ordre éthique est devenue cruciale pour l’industrie pharmaceutique. Et pour cause. L’importance d’avoir, en interne, un service dédié à assurer une activité légalement irréprochable n’a cessé de croître depuis les années quatre-vingt-dix. Les différentes difficultés, rencontrées par les laboratoires, illustrent l’augmentation croissante de la pression juridique et financière qui pèse sur les industriels en général, et sur l’univers pharmaceutique en particulier. La compliance est devenue un métier à part entière. Un métier d’avenir.

À tel point que le LEEM a inauguré en 2011 un organe dédié à la déontologie, composé de personnalités extérieures à l’industrie et doté de véritables pouvoirs de sanction : le Codeem (pour Comité de déontovigilance des entreprises du médicament). Un moyen de contribuer « au lien de confiance entre les Français et les entreprises du médicament », expliquait Christian Lajoux, puisque la structure travaille aussi bien à sensibiliser les groupes pharmaceutiques qu’à réprimer les mauvaises pratiques.

Recommander et promouvoir des comportements plus responsables, telle est l’une des missions du LEEM. La compliance concerne en effet toutes les activités du groupe pharmaceutique. Du respect de l’environnement à la mise en place d’une véritable politique de RSE, en passant par le combat contre la corruption, il s’agit aussi d’assurer le contrôle de la chaine de production des médicaments de manière aussi qualitative que possible.

Chaque département des entreprises est impliqué tant la mise sur le marché d’un médicament est le fruit d’un travail d’équipe. « Tous les employés sont tenus de respecter le code éthique de l’entreprise et seront individuellement tenus pour responsable de leur niveau de compliance », peut-on d’ailleurs lire dans le rapport annuel de la branche pharmaceutique de Procter and Gamble. Une manière de responsabiliser l’ensemble des collaborateurs. Même son de cloche chez la plupart des fabricants : Sanofi, Bayer, Merck, Novartis ou encore Pfizer… Tous affichent sur leur site internet leur code de conduite et les valeurs qui guident au quotidien leurs décisions, à grand renfort de programmes et de comités ad hoc. Un moyen, sur le papier, de se protéger des attaques d’éventuels whistleblowers, ou « lanceurs d’alerte ». Un sujet sur lequel le Codeem devrait se pencher prochainement, puisqu’il a inscrit sur la liste de ses priorités de l’année la « mise en place d’un dispositif d’alerte pour faire remonter du terrain […] toute dérive collective ». Le sujet, on le voit, préoccupe au plus haut point les acteurs du secteur. Et il y a lieu de s’en réjouir !

Sources :

–    Compliance : http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/management/rh/221146724/compliance-metier-avenir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

[DOSSIER] La nouvelle donne de la distribution de médicaments en France

La nouvelle donne de la distribution de médicaments en France   L’Autorité de la concurrence recommande d’élargir la vente de médicaments sans ordonnance à la grande distribution et de faciliter [...]

[DOSSIER] Médicaments : de l’évaluation à l’autorisation de mise sur le marché

Médicaments : de l’évaluation à l’autorisation de mise sur le marché   Une autorisation de mise sur le marché́ (AMM) est une certification délivrée à l’échelle nationale ou européenne qui [...]

[DOSSIER] La sérialisation comme garantie de l’intégrité des médicaments

La sérialisation comme garantie de l’intégrité des médicaments   Depuis le 9 février 2019, chaque boîte de médicaments vendue en France doit être scannée pour s’assurer qu’il ne s’agît pas [...]

Suivez-nous sur Twitter

    hier
    Logiciel et #dispositifmedical: une "petite révolution" réglementaire européenne à anticiper……
    il y a 3 jours
    La vente en ligne de médicaments, à favoriser ? Guillaume Bosc, Responsable Projets Innovants…
    il y a 5 jours
    [DOSSIER DU MOIS] Découvrez notre dossier du mois sur l'évolution du mode de distribution…
    il y a 6 jours
    [Dossier du mois] Découvrez notre dossier du mois sur la nouvelle donne de la distribution…