Les nouveaux métiers de l’industrie pharma

Commercial, pharmacien, chargé de recherche, biostatisticien, directeur export, visiteur médical… La liste pourrait continuer. L’industrie du médicament, secteur à fort contenu technologique, propose une très large variété de métiers.

Chaque étape de la vie du médicament mobilise des compétences différentes. Et comme toutes les industries tournées vers l’avenir et l’innovation, le secteur pharmaceutique voit arriver des métiers qui n’existaient pas il y a quelques années.

« Préparer les compétences clefs de demain », tel est l’objectif de l’Observatoire des métiers du Leem, le syndicat des entreprises du médicament. L’un des axes forts de l’observatoire, créé en 1994, est d’ailleurs l’anticipation des changements. Pour les accueillir au mieux, le Leem développe des formations, des certifications, des partenariats avec les universités et avec les régions, des passerelles entre les formations. Préparer les futures recrues du secteur pharmaceutique est devenu un enjeu majeur pour les années à venir.

Le cabinet de conseil Roland Berger a publié en octobre 2013 une étude sur la compétitivité de la production pharma en France qui n’a pas fini de faire parler d’elle. L’axe principal développé par le rapport concerne les services, perçus comme une alternative indispensable pour s’adapter.

Les consultants entreprennent de lister les « leviers pour établir un nouveau pacte industriel en France » et assurent la pérennité et le développement de l’industrie pharmaceutique française. L’un des outils clefs ? La formation. Car les salariés font aujourd’hui face à une évolution de leurs métiers et de leurs compétences, avance le rapport.

Roland Berger identifie quatre grands facteurs qui pourraient provoquer l’apparition de nouveaux corps de métiers dans l’industrie pharmaceutique. Tout d’abord, les évolutions sociologiques et démographiques. Le vieillissement de la population dans les pays développés induit un travail particulier pour accompagner la fin de vie, qui justement n’est plus considérée comme une « fin » mais comme une période dont les séniors veulent profiter en bonne santé. Mais cela suppose une transformation de l’offre aussi bien médicamenteuse qu’en termes de services, et une intensification de l’accompagnement.

Ensuite, le progrès technologique, dont l’évolution est d’une rapidité exponentielle, se traduit par des changements très importants dans le rapport à la santé. L’émergence de la « e-santé » fera partie intégrante de la thérapie et va booster l’automédication, estime le rapport. L’informatique permet aussi désormais d’assurer un suivi électronique des patients, un exemple très parlant de nouvelles compétences qui doivent émerger. Se posent en effet des questions pragmatiques : qui va gérer ces outils de e-santé ? Comment vont-ils être développés et quels types de certification vont-ils recevoir ? Faudra-t-il un e-médecin ou un e-pharmacien pour interagir avec le e-patient ? S’y ajoutent toutes les « tendances » actuelles, comme celle de l’écologie, dont l’industrie a fait assez tôt l’une de ses préoccupations. Avec le renforcement des régulations en la matière et la volonté d’assurer une qualité de service et de produits en adéquation avec le respect de l’environnement, toute une sphère professionnelle émerge, y compris chez Big Pharma.

Le troisième grand facteur concerne les réglementations et les contraintes. Roland Berger identifie deux tendances, la disparition du monopole des pharmacies et la baisse des remboursements par les régimes de santé. Dans les deux cas, cela signifie une modification profonde des habitudes de consommation de la santé et donc une adaptation des pratiques et des métiers dans l’industrie. Enfin, il y a un mouvement intrinsèque à l’industrie : les grands acteurs de la pharma sont en perpétuelle évolution et la période actuelle ne déroge pas à la règle. « Face aux contraintes croissantes sur leurs produits historiques, les acteurs de la santé tentent de se diversifier ». Le secteur entend aujourd’hui répondre aux besoins de santé des pays émergents, ce qui le met face à des marchés jusque-là inconnus et sur lesquels les fonctionnements traditionnels occidentaux ne conviennent pas.

Pour réussir la transition, les industries du médicament doivent engager la réflexion sur les nouveaux métiers, et les formations qui en découlent. Elles représentent aujourd’hui le troisième employeur en France. Chaque année, 10 000 à 15 000 personnes embrassent une carrière dans le secteur pharmaceutique. Si les effectifs tendent cependant à baisser, c’est désormais le niveau de qualification qui prime. Les nouveaux métiers pourraient d’ailleurs inverser la tendance. Selon l’Ademe, la chimie végétale devrait permettre la création de 19 000 emplois supplémentaires d’ici à 2020.

 

Pour aller plus loin :

L’observatoire des métiers du Leem : http://www.leem.org/article/presentation

Le rapport de Roland Berger : http://www.rolandberger.fr/media/pdf/Roland_Berger_CompetitiviteDeLaProductionPharmaEnFrance_20131016.pdf

Crédit photo : © Kurhan – Fotolia.com

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

[DOSSIER] Les déserts médicaux en France : les solutions de la loi santé 2022

Les déserts médicaux en France : les solutions de la loi santé 2022   Réforme des études de santé, hôpitaux de proximité, médicaments délivrés par les pharmaciens… Voici les principales [...]

[DOSSIER] Pharmacovigilance : ses enjeux et ses évolutions

Pharmacovigilance : ses enjeux et ses évolutions   Malgré des efforts toujours plus importants consentis par l’industrie pharmaceutique pour améliorer l’utilisation et la sécurité de ses médicaments, la pharmacovigilance souffre [...]

[DOSSIER] La téléconsultation se développe lentement, faut-il s’en inquiéter ou s’en réjouir ?

La téléconsultation se développe lentement, faut-il s’en inquiéter ou s’en réjouir ?   A la suite de la signature de l’avenant 6 à la convention médicale signée en août 2016, [...]

Suivez-nous sur Twitter