E-santé : les applications de suivi de santé encore peu utilisées

E-santé : les applications de suivi de santé encore peu utilisées  

Avec près de 165 000 applications de santé disponibles sur iOS et Android, le marché de la santé connectée séduit de plus en plus dusagers. Reste que les applications de suivi médical sont encore à la traîne, boudées par les patients qui préfèrent souscrire à des programmes de bien-être.

1,7 milliards de téléchargements attendus d’ici fin 2017, d’ores et déjà 165 000 applications de santé disponibles sur iOS et Android : les dispositifs de santé connectée n’en sont qu’à leurs débuts mais promettent un développement spectaculaire dans les prochaines années. L’étude The 2016 HealthMine Digital Health Report, publiée fin avril, revient sur l’utilisation des applications et des objets connectés de santé par les patients aux Etats-Unis. Premier enseignement : les applications de suivi médical sont en reste pour le moment, peu utilisées par les usagers. Ainsi, seulement 7% des patients atteints d’une maladie chronique déclarent y avoir recours. Parmi les applications qui rencontrent le plus faible succès on retrouve également celles qui proposent d’accompagner les personnes qui souhaitent arrêter de fumer (6%) et celles de télémédecine (5%). En revanche, les applications de fitness et les programmes de bien-être connecté sont les solutions les plus utilisées.

Une notion floue de la télémédecine

L’étude démontre également que la télémédecine reste un concept flou pour la majorité des patients : 39% des personnes interrogées assurent n’en avoir jamais entendu parler, alors qu’ils sont 60% à déclarer disposer d’un dossier médical partagé… Ils sont en outre 93% à estimer que la médecine connectée pourrait leur permettre de réduire les frais de santé.

Par ailleurs, 75% des patients équipés de solutions connectées se disent d’accord pour partager les données ainsi recueillies avec leur médecin et ils sont encore 42% à penser que les données aujourd’hui récoltées par ces solutions « ne vont nulle part ».

Source : http://www.healthmine.com Pour information seulement

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles / les plus lus

Améliorer l’observance, traiter mieux et moins cher : étude IMS Health CRIP

Au moment où la représentation nationale examine les réponses possibles aux défis de la santé et de son financement, IMS Health et le Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique (CRIP) [...]

La « compliance », nouvelle devise des labos

Le mot « compliance » est désormais couramment utilisé dans l’univers pharmaceutique. Véritable leitmotiv, il guide les actions quotidiennes des laboratoires, tant les enjeux qui y sont liés sont cruciaux. Le mot [...]

Le saviez-vous ? La France est le 4e marché mondial de la santé après les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne

La France demeure un territoire attractif pour l’industrie pharmaceutique mondiale, et cela malgré son image ternie par diverses crises. En France, fin 2011, le chiffre d’affaire des laboratoires représentés par [...]

Fiches Circonscriptions Santé : offre et accès aux soins en France

En tant que Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique, le CRIP a pour ambition de contribuer à la réflexion sur de grands sujets d’actualité liés au secteur de la santé. [...]

Le CRIP : enjeux, missions et perspectives

Vous aimez nos articles ? mais savez-vous vraiment qui nous sommes ? Franck Telmon, Président du CRIP, vous en dit plus sur notre raison d’être, notre activité et nos projets, dans l’interview ci-dessous : [...]

E-santé : l’hôpital à l’ère de la télémédecine

Selon un récent sondage, quatre Français sur dix sont favorables à cette nouvelle façon de consulter en vidéo-conférence, tandis que le gouvernement souhaite en faire un pilier du développement des [...]

Suivez-nous sur Twitter